Critique : Dreaming Walls d’Amélie Van Elmbt et Maya Duverdier

Les fantômes du Chelsea Hotel

© Clin d'oeil films

Janis Joplin, Andy Warhol, Jimi Hendrix, Patti Smith, Leonard Cohen, Oscar Wilde… comme dit une voix dans Dreaming Walls, « Tous les immortels du 20ème siècle sont passés par le Chelsea Hotel » …Et beaucoup de mortels également, quand on sait les suicides et meurtres qui alimentent aussi la légende du bâtiment new-yorkais.


Mais au 21ème siècle, quand on y pénètre à travers la caméra d’Amélie Van Elmbt et Maya Duverdier, l’espace n’est que poussière, bruits de perceuse et échafaudages. Dans ce chantier qui dure depuis presque dix ans, le documentaire fait dialoguer les époques, à coup d’images et de sons qui se superposent ou se répondent. Mais Dreaming Walls n’est pas un film sur le passé mythique de l’hôtel, déjà largement documenté. Poussant les portes, il nous emmène à la rencontre des derniers résidents – et surtout résidentes – qui y vivent et y créent encore, et ont vu ce lieu changer progressivement au fil des années. À travers les rencontres poétiques avec Merle, Bettina, Skye et les autres artistes, apparaît en filigrane le conflit latent, et hautement politique, entre les personnes qui souhaitent voir les travaux terminés, et celles pour qui cela signifiera expulsion et hausse du loyer.


Échappant au piège de l’exhaustivité, Dreaming Walls est un voyage délicat entre rêve(s) et réalité, capturant au présent des moments de grâce suspendus dans le temps. Un pas de danse esquissé entre une chorégraphe âgée et un jeune ouvrier, une comptine chuchotée, des mains entrelacées. Dans ce lieu qui ressemble à un mélange entre une résidence d’artistes et une maison de retraite, deuils et joies se croisent sans se rencontrer. Le résultat est un bouleversant et précieux document-testament d’une époque révolue, d’un New York qui s’éteint, et dont quelques étincelles terminent de briller.


Et au cas où notre parole ne suffirait pas, sachez que le producteur exécutif, un certain Martin Scorsese, a beaucoup aimé aussi…


RÉALISÉ PAR : AMÉLIE VAN ELMBT ET MAYA DUVERDIER

AVEC : MERLE LISTER, BETTINA GROSSMAN, SKYE FERRANTE…

PAYS : BELGIQUE, FRANCE, PAYS-BAS, SUÈDE, ÉTATS-UNIS

DURÉE : 80 MINUTES

SORTIE : LE 9 NOVEMBRE