top of page

Critique : La Fiancée du poète de Yolande Moreau

Le bal des marginaux

© O'Brother

Le nouveau film de Yolande Moreau est une ode à la poésie des gens ordinaires et des marginaux, questionnant la place de la vérité (parfois trop brutale) et du mensonge (parfois chaleureux). Quand Mireille, interprétée par Yolande Moreau elle-même, regagne sa région natale et son manoir familial tombant en ruine, elle ne sait plus trop quoi attendre de la vie. Ex-taularde rêveuse, passionnée d’art et de littérature, elle se trouve soudain une nouvelle vocation : ouvrir des chambres d’hôtes. Petit à petit, une société étonnante et turbulente va se constituer autour de sa personne.


Ce sont clairement ses personnages, présentés avec beaucoup de tendresse, qui forment le cœur battant du long-métrage : un étudiant en art apprenti faussaire, un jardinier qui se travestit volontiers, un cow-boy squatteur réfugié politique, un faux poète qui se révèle plombier et Mireille elle-même, diplômée en lettres, trafiquante de cigarettes et voleuse à ses heures. Le pompon va sans doute au prêtre du coin, toujours de bons conseils mais qui cache un petit secret… Le long-métrage ne manque pas d’humour, bien aidé par un sens certain de l’absurde et du burlesque.


Tourné à Charleville-Mézières, La Fiancée du poète peint magnifiquement les bords de Meuse ; les Wallon·nes ne seront pas dépaysé·es ! Si on peut regretter une réalisation assez plan-plan et des longueurs, la cinéaste surprend avec quelques incursions de rêve et/ou de fantastique et des séquences marquantes, comme la fête de mariage. Le film montre une contre-société, solidaire, rassemblant les exclu·es, affrontant l’adversité avec astuce et poésie ; c’est un tableau qu’on ne voit pas (assez) au cinéma.


RÉALISÉ PAR : YOLANDE MOREAU

AVEC : YOLANDE MOREAU, SERGI LÓPEZ, FRANÇOIS MOREL, ANNE BENOÎT

PAYS : BELGIQUE, FRANCE

DURÉE : 103 MINUTES

SORTIE : LE 15 NOVEMBRE

Comments


bottom of page