top of page

Critique de Longlegs

Entre effroi et confusion

Pour parler de Longlegs, il faut d’abord évoquer la figure diabolique qui donne son titre au film. Incarné par un Nicolas Cage au visage blanchâtre et déformé par des prothèses, le personnage, et ses manières grotesques, serait sans doute hilarant s’il n’était pas aussi profondément déstabilisant. On sent, dès sa première apparition, brève et terrifiante, que le croiser, c’est pire que la poisse, c’est l’enfer fait homme. 


Imprégné de sa présence maudite, le film d’horreur atmosphérique d’Oz Perkins nous dévoile progressivement son intrigue, et surtout ses personnages : Lee, l’agente du FBI jouée par Maika Monroe, dont on apprend qu’elle est douée de pouvoirs psychiques, et son partenaire, incarné par Blair Underwood, qui évolue dans le récit comme si celui-ci n’était pas surnaturel. Leur enquête crie pourtant le paranormal : voilà trois décennies que Longlegs commet ses méfaits, poussant, tel un Charles Manson doué de pouvoirs magiques, des familles tranquilles à se massacrer.  


De là, Perkins dévoile ses (trop) nombreuses cartes dans un climat d’inquiétude incessant : il est notamment question de chansons rock, de panique satanique, de poupées maléfiques, et d’une multitude de concepts ésotériques. Mais ce n’est pas tant leur abondance que leur manque de cohésion qui rendent l’expérience de Longlegs frustrante. On aimerait s'engouffrer dans ses brèches, se laisser gagner par cette intrigue cauchemardesque et lovecraftienne, mais le film n’a de cesse de nous prendre à revers, de complexifier son intrigue là où il pourrait simplement jouer de ses effets, souvent assez viscéraux. 


Avec sa bande-son saturée de bruits parasites, ses zooms lents qui nous font chercher la menace partout, ses visions infernales, Oz Perkins ne réinvente pas le cinéma d’horreur, mais parvient à créer l’effroi. Dommage que, déchiré entre sa volonté d’inscrire son nom parmi les auteurs prestigieux du cinéma d’horreur contemporain et son désir de jouer avec certains codes de séries B, il s’éparpille autant.



RÉALISÉ PAR : OZ PERKINS

AVEC : MAIKA MONROE, NICOLAS CAGE, ALICIA WITT, BLAIR UNDERWOOD

PAYS : ÉTATS-UNIS

DURÉE : 101 MINUTES

SORTIE : 10 JUILLET


Comments


bottom of page