top of page

Critique de La Planète des singes : Le nouveau royaume

Dernière mise à jour : 13 mai

Du divertissement bien fait

Plusieurs centaines d’années ont passé depuis la libération du virus qui a donné la parole aux singes et fait s’effondrer la civilisation humaine. Dans un clan de pacifiques éleveurs d’aigles, le jeune singe Noa doit bientôt participer à une cérémonie de passage à l’âge adulte…Mais c’est sans compter l’intervention d’un autre groupe qui tue son père et emmène les siens en esclavage.


Les enjeux de ce nouveau volet de La Planète des singes sont cousus de fil blanc. On retrouve la sempiternelle quête du héros, sa découverte du monde extérieur, l’inévitable rencontre avec un mentor… Et pourtant, ce Nouveau Royaume tient ses promesses d’aventure et d’action. Comme il est de coutume depuis le reboot de 2011 (Les Origines), le travail sur le visage des singes et leurs expressions faciales est impressionnant. Les effets visuels arrivent à créer un vrai dépaysement avec les paysages de villes effondrées, rendues à la nature.


La réalisation de Wes Ball (la franchise Maze Runner) n’a en elle-même rien de très original. Mais elle a le mérite de donner du temps aux scènes et de proposer au public de vraies respirations. Les moments d’action sont plutôt lisibles et rarement gratuits. Le film reste ancré dans la formule des prédécesseurs récents : du divertissement bien fait, agrémenté d’un sous-texte sur le sens des lois et la capacité de vivre en harmonie. Même le scénario, souvent la plus grande faiblesse des blockbusters contemporains, arrive à tenir le public en haleine. Il conserve d’ailleurs un vrai mystère jusqu’à ses toutes dernières minutes.


Le Nouveau Royaume propose un spectacle qui se prend au sérieux, qui croit dans son univers. Quand le générique de fin apparaît, petit miracle : on espère sincèrement découvrir la suite. Et ça sans cliffhanger, ni blague méta…juste avec une bonne histoire.



RÉALISÉ PAR : WES BALL

AVEC : OWEN TEAGUE, FREYA ALLAN, NEIL SANDILANDS

PAYS : ÉTATS-UNIS

DURÉE : 145 MINUTES


Comments


bottom of page