top of page

Critique de Little Girl Blue


À l’heure où les biopics se cantonnent souvent à une vague représentation factuelle d’une vie romancée et condensée, Mona Achache nous livre une œuvre unique et utile. Dans Little Girl Blue, elle convoque sa mère et sa vie, les heurts de la grande Histoire. .


Ce film à la forme ambiguë entre fiction et documentaire, s’ouvre sur un tapis de papier, entre archives personnelles (écrits et photos) et documents officiels (certificat de décès). Des papiers comme témoins de la vie d’une femme, Carole Achache qui en 2016, âgée de 63 ans, décidait qu’il étant temps d’y mettre fin. De mettre un point final à une grande carrière dans les reliures de romans qu’elle écrivit et dans les négatifs de films pour lesquels elle fut actrice ou photographe de plateau. Mais aussi à une vie noircie d’abus sexuels, imposée à sa jeune personne dès ses 11 ans par un autre auteur : Jean Genet. 


Alors qu’on a souvent tendance à affubler à posteriori une destinée, une logique, au vécu de la personne racontée, Mona Achache parle de sa mère comme d’une femme en construction constante, en mue ininterrompue. Quoi de mieux alors qu’une métamorphose physique en direct pour cerner les nuances d’une existence. Qui de mieux donc que Marion Cotillard pour se fondre dans la peau de Carole Achache, s’approprier ses mots, tenter de dire ses maux. La transformation prend vie devant nos yeux et la fiction vient se fondre avec la réalité. 


Il pourrait s’agir d’une performance artistique, transformant dès lors l'œuvre en tigre de papier, si le film n’était en réalité beaucoup plus : un cri dans la nuit faisant écho aux récits de Vanessa Springora et Judith Godrèche. Marion Cotillard se fait la voix de Carole, à travers les yeux de Mona. Des pupilles grandes ouvertes, lucides et brillantes, qui semblent suivre d’un regard doux mais combatif le destin d’une femme formidable. Sa mère




RÉALISÉ PAR : Mona Achache

AVEC : Marion Cotillard, Mona Achache, Marie Bunel

PAYS : FRANCE, BELGIQUE

DURÉE : 95 MINUTES


Comments


bottom of page