top of page

Critique : Plan 75, de Chie Hayakawa

Sonate en clair-obscur


©September Films

Dans notre contexte sociétal où règne l'idée selon laquelle nous devons rester utiles à défaut d'être nécessaires, Plan 75 sonne davantage comme un écho lugubre que comme une œuvre d'anticipation. À une époque non définie mais qui pourrait très bien être la nôtre, les autorités japonaises viennent de faire passer une loi qui permet aux personnes de plus de 75 ans de se faire euthanasier. La mesure vise à lutter contre le vieillissement de la population.


Cinq destins croisés sont au cœur de l'œuvre de Chie Hayakawa. Le film prend le temps de poser le cadre et les personnages, sa lenteur est semblable à de longs chapitres descriptifs qui révèlent toute leur nécessité à mesure que la lecture avance. L'œuvre tire sa poésie et sa puissance dramatique de sa capacité à s'appesantir sur les petits détails. Le réalisateur japonais traque les choses insignifiantes qui disent beaucoup, comme il rend hommage aux existences que son Japon fictif tente d’effacer dans un tri jeuniste et glaçant. Ce qui est présenté comme un choix lucratif - les personnes adhérant au projet reçoivent une somme d’argent - est conditionné par les inégalités. La question éthique se pose à cet endroit : les personnes âgées qui souscrivent au programme sont aussi celles qui sont les plus démunies sur le plan matériel et relationnel.


La force de Plan 75 est également nourrie par un jeu presque constant de contrastes dès la première scène du film. Une tension continue mais subtile entre la douceur et la violence : des mélodies délicates viennent habiter cet univers de solitude où le rappel lancinant de ce plan morbide se fait via des discours administratifs désincarnés. Si ce magnifique long-métrage parle de mort, il fait du lien et des élans de vie les signes d'une humanité en veille. La complexité des êtres est l’ultime résistance à l'aliénation de la mécanique rodée d’un système implacable.



RÉALISÉ PAR : CHIE HAYAKAWA

AVEC : BAISHO CHIEKO, ISOMURA HAYATO, YUUMI KAWAI, TAKAO TAKA

PAYS: JAPON, FRANCE, PHILIPPINES, QATAR

DURÉE : 112 MINUTES


Comments


bottom of page