top of page

Flashback : Black Christmas de Bob Clark


© August Films

Tout commençait bien. Des lumières colorées éclairent la résidence d’une sororité étudiante canadienne. Les chants de Noël résonnent et le champagne est sorti. Seule ombre au tableau : les étudiantes reçoivent depuis quelque temps des appels glaçants d’un homme qui les harcèle. Alors qu’elles commencent à disparaître les unes après les autres, la police se montre impuissante à appréhender les événements. 


Réalisé en 1974 par Bob Clark, Black Christmas est entré dans la postérité comme l’un des premiers slasher, une catégorie de film d'horreur dans laquelle un tueur psychopathe élimine un·e à un·e les personnages. La figure du tueur qui passe ses appels depuis l’intérieur de la maison inspirera par la suite de nombreux films, dont Terreur sur la ligne (1979) et Scream (1996).  


Les violences du tueur sont montrées via une caméra subjective, un procédé qui sera également utilisé dans certains giallo, ces films d’horreur issus du cinéma italien, mais qui pose la question du voyeurisme du public, surtout quand il s’agit de violences faites aux femmes. D’autant plus que le film est sorti à une période où les sévices des tueurs en série font de plus en plus la une des médias.


Outre la violence de cet homme inconnu, Jessica (Olivia Hussey) doit aussi affronter celle de Peter (Keir Dullea), son compagnon. Après qu’elle lui a annoncé sa volonté d’avorter, il va jusqu’à la menacer. Malgré tous les périls qui pèsent sur elle, Jessica est la seule à s’en sortir. Une structure qui deviendra tellement répétitive dans les films de ce genre qu’elle porte un nom : la final girl, ou dernière survivante. Jessica ne porte néanmoins pas les valeurs morales qui sont associées à ce type de personnage (et qui « justifient » qu’elles soient épargnées) : elle n’est pas vierge et ne veut surtout pas se marier, pour garder son indépendance. A ce titre, Black Christmas se montre particulièrement irrévérencieux comparé à certains films d’horreur plus récents. 


RÉALISÉ PAR : BOB CLARK

AVEC : OLIVIA HUSSEY, KEIR DULLEA, MARGOT KIDDER

PAYS : CANADA

DURÉE : 98 MINUTES

コメント


bottom of page