top of page

Flashback : New-York 1997


© Studio Canal

Son nom est Plissken, appelez-le Snake. Avec son cache-oeil de pirate, son sang-froid à toute épreuve, ses répliques mordantes et ses longs silences, le protagoniste incarné avec charisme par Kurt Russel dans le film de science-fiction New York 1997, réalisé par John Carpenter, est une histoire à lui tout seul. Hybride entre les cowboys taiseux à la John Wayne et les anti-héros des années 70, l'ex-vétéran devenu criminel porte en lui tout un pan du cinéma américain testostéroné… et aussi la rancœur de son époque à l'encontre d'un système politique corrompu, hypocrite et traître. Alors que les enjeux sont excessivement importants (jusqu'à l'absurde : le Président des États-Unis a été kidnappé,la paix mondiale serait en grave danger, etc.), sa réaction est un haussement d'épaules.

On ne peut guère lui en tenir rigueur. Dans le futur imaginé par les scénaristes, le désastre est tel que Manhattan a été transformée en gigantesque prison à haute sécurité. Dans cette ville carcérale, la violence peut surgir de partout, la saleté est la norme esthétique, et la nuit engloutit tout, avec son lot de personnages grotesques et dangereux. Les gangs des Guerriers de la nuit (sortis deux ans plus tôt) ne sont pas loin, bien que New York 1997 impose sa propre iconographie.


Rythmées par les synthétiseurs de John Carpenter, les aventures de Snake se distinguent par une certaine idée de l'épure. Tirant le meilleur parti de leurs moyens limités, le cinéaste et son équipe proposent une mise en scène claire, dépouillée et brutale. Personne ne reprochera à ce film d'action cynique d’en faire trop dans la subtilité, mais ce qu'il manque en réflexion politique, il le compense par l'efficacité de ses attaques, criblant de coups le corps d’une Amérique pourrissante. À l'instar de son anti-héros, New York 1997 n'a pas le temps pour les grands discours, mais ses uppercuts sont bien placés.


New York 1997 est offert par la Cinetek.com/be jusqu'au 30 Avril. Il suffit d'introduire le code "Snake".

RÉALISÉ PAR : JOHN CARPENTER

AVEC : KURT RUSSELL, LEE VAN CLEEF, ERNEST BORGNINE ET ISAAC HAYES

PAYS : ÉTATS-UNIS

DURÉE : 99 MINUTES



Comentários


bottom of page