top of page

Critique : Augure de Baloji

Lésions et féminisme

© Wrong Men

Après avoir créé l'événement à Cannes, revenant auréolé du prix Nouvelle voix dans la catégorie Un Certain regard, Augure de Baloji, co-produit par la République démocratique du Congo (RDC), représentera la Belgique aux Oscars en 2024.


Augure est le premier long-métrage d’un cinéaste qu’on a d’abord connu comme musicien. Ses clips et courts-métrages annonçaient déjà la couleur d’un univers particulier, un brin enchanteur et mystique, un brin nostalgique. Le récit se découpe en chapitres révélant quatre points de vue de personnages marginalisés car suspectés d’être sorciers. Un film-carrefour qui analyse à travers ses quatre parties, chaque posture possible face à l’ostracisation, quatre destins. En explorant le rapport aux croyances dans des contextes de drames familiaux, le cinéaste belgo-congolais nous propose une plongée radicale dans les entrailles de la RDC et ses réalités sociales.


Baloji nous transporte dans un univers plus que dans un territoire, même si celui-ci est omniprésent. Le voyage effectué par un des protagonistes revêt un double sens : un premier, concret, et un second, plus onirique. On plonge dans les souvenirs, dans les blessures, dans les tabous et jusqu’à un point précis. Le tour de passe-passe est subtil et maîtrisé comme la forme de l'œuvre. Rien n’est laissé au hasard, ni les couleurs, ni la musique, ni le somptueux travail des costumes rendant hommage à la double culture du réalisateur. Augure est une bombe esthétique, à la croisée des arts, hybride et complet, comme son auteur.


Le long-métrage part de l’infiniment petit, l’intimité des meurtrissures, à l’infiniment plus grand. Il raconte également le rapport au commun et aux cultures. Savamment construit - presque comme un tourbillon - il est percutant. Augure ne se contente pas de parler de ceux qu’on met de côté, le film tout entier est un hymne aux invisibilisés.


RÉALISÉ PAR : BALOJI

AVEC : MARC ZINGA, LUCIE DEBAY, MARCEL OTETE KABEYA

PAYS : BELGIQUE, RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

DURÉE : 90 MINUTES

SORTIE : LE 15 NOVEMBRE

Comments


bottom of page