top of page

Critique : Visions de Yann Gozlan

Tragic Instinct

© Anga Productions

En quelques films seulement, le réalisateur Yann Gozlan s’est imposé comme l’un des plus solides artisans du thriller français. Ses précédents longs-métrages, très inspirés par le classicisme américain, combinent un scénario tendu avec une vraie élégance dans la mise en scène, tout en faisant la part belle à la nouvelle génération d’acteurs - Pierre Niney dans Un Homme Idéal et Boîte Noire, François Civil dans Burn Out. Avec Visions, le réalisateur s’éloigne du film à suspense pour explorer les rivages plus tortueux du thriller psychologique.


Le long-métrage nous plonge dans le quotidien d’Estelle, pilote de ligne interprétée par Diane Krueger, qui voit son quotidien - et son ménage - bouleversés par la réapparition d’une ancienne amante, Ana. Le début d’une série d’événements étranges qui vont progressivement l’entraîner dans une spirale infernale, entre sensualité, cauchemars prémonitoires et jalousie du mari incarné par Mathieu Kassovitz.


Il faut peu de temps pour retrouver la maîtrise de Yann Gozlan. Le cinéaste déploie son intrigue avec une lenteur bienvenue et laisse d’abord le public s’imprégner doucement de la routine lénifiante de l’héroïne. Sa mise en scène joue un double jeu, exploitant les paysages solaires de la Provence pour y distiller un subtil malaise, comme si derrière cette splendeur était larvée une inéluctable tragédie. Dans Visions, les plages sont obscures, les eaux menaçantes et les villas anxiogènes.


Malheureusement, plus le récit avance, plus le mystère s’affaisse, la faute à des motifs trop éculés dans le genre. Rêves, amnésies, paranoïa, composent ainsi une intrigue linéaire et peu originale, qui ne se distingue pas non plus par ses thématiques, plutôt sommaires - désir, équilibre amoureux, etc. Semi-déception donc, pour un long-métrage qui s’annonçait comme l’héritier français de Basic Instinct et de Passion, mais qui n’est finalement qu’un thriller, certes raffiné et esthétique, mais attendu.


DE : YANN GOZLAN

AVEC : DIANE KRUGER, MATTHIEU KASSOVITZ, MARTA NIETO

PAYS : FRANCE

DURÉE: 124 MINUTES

SORTIE : LE 6 SEPTEMBRE

Comments


bottom of page