top of page

Flashback : Old Boy de Park Chan-wook


© Neon

“Grotesque”, “Scandaleux”... Old Boy de Park Chan-wook, film de vengeance gore et sombre, fut largement décrié lors de sa projection au Festival de Cannes en 2004. Il n’en fallait pas plus pour que le président du jury Quentin Tarantino et ses comparses ne lui remettent le Grand Prix du Jury.


Deuxième temps d’une valse consacrée à la vengeance (et comprenant dans l’ordre, Sympathy for Mr Vengeance, Old Boy, Lady Vengeance), le film est inspiré du manga éponyme de Nobuaki Minegishi. Une œuvre qui nous raconte le sacerdoce d’un homme séquestré pendant 15 ans dans un appartement, sans savoir ni pourquoi, ni par qui. Jusqu’au jour où il est libéré afin d’accomplir sa vengeance. De cette œuvre très graphique, le cinéaste ne conserve que l’habillage ultra-sanglant, en témoigne la célèbre scène du “couloir de la mort”. Tout en lui insufflant une violence plus symbolique, plus contestataire contre son pays, piétinant allègrement les normes sociétales coréennes : inceste, pression sociale et suicide (la Corée étant un des pays avec le plus grand nombre de suicides), vengeance (la violence et la justice étant l’apanage de l’état). En optant pour une image à la teinte verdâtre, le réalisateur insiste et signe : dans le monde où ses personnages évoluent, quelque chose est pourri. Idée que renforce la musique composée par Yeong Wook-jo. Prédominante dans le film, cette redondante valse à trois temps illustre une violence inéluctable, un destin tragique qui se répète et qui pousse les protagonistes jusqu’à la mort ou la folie.


C’est d’ailleurs cette critique virulente à l’encontre de la société que Spike Lee n’a pas prise en compte dans son remake du film en 2013. En vidant le film de sa substance, il nous délivrait un thriller sans âme en comparaison avec le chef-d’œuvre de Park Chan-wook, cœur vibrant de la Nouvelle Vague coréenne et d’ores et déjà au panthéon du cinéma mondial.

Old Boy est à découvrir sur Sooner, mais aussi au cinéma Galeries, qui lui consacre une exposition jusqu’au 17 décembre 2023.


RÉALISÉ PAR : PARK CHAN-WOOK

AVEC : CHOI MIN-SIK, KANG HYE-JEONG, YU JI-TAE

PAYS : CORÉE DU SUD

DURÉE : 120 MINUTES

コメント


bottom of page